mercredi 29 mars 2017

La Plage de la mariée - Clarisse Sabard

Lu en : V.F.
Résumé :2015, Nice. Zoé, 30 ans, est en pleine dispute avec sa conseillère Pôle Emploi lorsque sa vie bascule. Ses parents viennent d'avoir un grave accident de moto. Son père est décédé sur le coup, sa mère est trop grièvement blessée pour espérer survivre, mais encore assez lucide pour parler. Elle va révéler à Zoé qu'elle lui a menti depuis toujours : l'homme qui l'a élevée n'est pas son véritable père. Elle donne un seul indice à sa fille pour retrouver son père biologique : « La Plage de la mariée ». Après quatre mois de déni, Zoé finit par craquer et part à la recherche de la vérité. Elle atterrit en Bretagne et se fait embaucher dans une « cupcakerie » tenue par une ancienne psychologue franco-américaine, Alice. Dans ce salon de thé, plusieurs personnages se croisent et voient leurs destins se mêler, tandis que Zoé part à la recherche de son père et tente de comprendre pourquoi sa mère lui a menti durant toute ces années.




Je remercie les éditions Charleston pour cette lecture !


Chronique : Les Lettres de Rose avait été un excellent premier roman, j'avais donc hâte de lire le nouveau livre de Clarisse Sabard, un second roman qui est encore meilleur que le premier !

La Plage de la mariée est un roman qui met en place un voyage initiatique et nécessaire pour Zoé afin de découvrir le secret de l'identité de son père. Par la même occasion, notre héroïne va apprendre à se découvrir au travers de rencontres inoubliables. Son humour et son sens de l'autodérision font de Zoé une jeune femme touchante et amusante.

Le gros point fort du livre repose pour moi sur les personnages secondaires, sur l'ambiance intrinsèque à la cupcakerie d'Alice. Cette dernière est à la fois mature et pleine de bon sens, il y a aussi Gégé l'habitué du salon de thé au caractère bien trempé, Betty qui a une répartie légendaire... Des protagonistes très différents et qui apportent tous un petit peu de couleur, d'espoir, d'amour dans la vie de Zoé qui a subi une grande tragédie.

La Plage de la mariée est un très bon roman feel-good, un petit bonbon rose qu'on se régale à lire et que je recommande chaudement surtout à l'approche du beau temps : une lecture parfaite en terrasse ou sur la plage avec un soleil radieux ! Au niveau de la romance, j'ai préféré celle des Lettres de Rose, tout simplement parce que je trouve qu'elle n'était pas vraiment nécessaire pour La Plage de la mariée. C'est d'ailleurs pour cela -à mes yeux- qu'elle met autant de temps à se mettre en place, elle est secondaire par rapport à la quête intérieure de l'héroïne. Je dois même avouer que j'aurais préféré que Zoé termine avec un autre personnage.

En définitive, qu'attendez-vous pour découvrir cette jeune romancière dont chaque livre apporte douceur et lumière au quotidien ?


mardi 28 mars 2017

Entre ciel et Lou - Lorraine Fouchet

Chronique de Scarlett
Résumé :Bretagne. Jo prévoit de profiter d’une joyeuse retraite sur l’île de Groix. Mais la deuxième vie qu’il imaginait au côté de sa bien-aimée, il devra l’inventer seul. Son épouse est partie avant lui, en lui lançant un ultime défi : celui d’insuffler le bonheur dans le cœur de leurs enfants. Il n’a d’autre choix que d’honorer Lou, sa mémoire et ses vœux. Entre un fils sur la défensive et une fille cabossée par l’amour, la mission s’avère difficile mais réserve son lot d’heureuses surprises – car il n’est jamais trop tard pour renouer. En famille, on rit, on pleure, on s’engueule et, surtout, on s’aime !

Je remercie les éditions du Livre de Poche pour cette lecture !







Chronique :



« Tu étais belle, Lou, à rendre à un aveugle l’acuité visuelle d’un pilote de chasse, à un paraplégique la vitesse d’un guépard.»


« Entre ciel et Lou » est un livre doudou. Un roman qui vous réconcilie avec les dures réalités de votre quotidien parce qu’il vous permet, même un fugace instant, de replacer l’essentiel au cœur de votre vie. Alors pour cela déjà merci à Lorraine Fouchet l’auteur. Ce livre c’est l’histoire d’un homme qui aime éperdument sa femme, celle-ci meurt et lui confie la dure tache de rendre leurs enfants heureux. La vache, le bonheur c’est pas toujours facile à donner, à recevoir, à percevoir…

Alors voilà c’est l’histoire de Joseph, Jo pour les intimes qui vit sa retraite paisiblement et « heureux » semble t-il près de Lou sa femme sur l’ile de Groix dont il est natif. Jo ancien cardiologue parisien qui a donné tant de temps à sa profession qu’il n’en avait plus pour ses enfants surtout son fils, et qui se voit dans l’obligation morale de renouer le fil conducteur des liens familiaux auprès de ses enfants, petits enfants.

C’est aussi l’histoire de Cyrian le fils de Jo que celui-ci perçoit ainsi : « notre fils n’est ni sympathique, ni drôle , ni attendrissant, mais il est irréprochable. » Qui aimerait être défini d’une telle façon par un de ses parents ? C’est un fils qui a mis la barre très haut pour plaire à son père, mais celui-ci ne le voit pas, ne le regarde pas et Cyrian en souffre terriblement. Il est marié à Albane, jeune pimbêche bourgeoise de prime abord mais qui cache une terrible blessure d’enfance. Ils ont une fille Charlotte, adolescente qui étouffe sous l’amour sclérosant de sa mère. Tout ce petit monde vit dans une banlieue chic de Paris.

A Paris, on trouve aussi Sarah, la fille de Jo et Lou , atteinte d’une maladie dégénérative qui a fait fuir son fiancé. Celle- ci travaille dans le monde du cinéma et vit désormais sa vie à fond avec des amourettes en pagaille sans attache et sans réel bonheur.
Sur l’ile de Groix, il y a Pomme la fille ainée de Cyrian , Pomme qui vit avec sa mère mais qui voit peu son père , qui aime son grand-père Jo et sa grand-mère mais à qui il manque le regard et l’attention paternels.
Et sur l’ile, il y a bien sur Lou , qui vit désormais « là ou on va après » et qui de cet au-delà essaye de jouer l’ange gardien de toute sa petite famille qui lui manque et à qui elle manque affreusement.

Ce livre alterne les pensées, réflexions et émotions de chaque protagoniste. Il parle de choses précieuses et vitales que sont les liens affectifs familiaux et autres, de l’amour à donner et à recevoir. Il nous dit aussi la difficulté d’être à la fois hommes, femmes, amants, époux et parents. Il est écrit d’une plume limpide et empathique au rythme d’adagio, de requiem, de Reggiani , Fugain ou Aubert. On croise des médecins, des faux sdf, des Groisillonnes et Groisillons fiers de leur identité îlienne et bretonne, on croise des italiens fans de Fellini, des pdg pleutres et des adolescentes héroïques.

On respire le bon air vivifiant de cette île au large de Lorient , on aime passé un moment avec tous ces personnages attachants et si humains , et on remercie encore l’auteur de nous donner cette pause sensorielle et affective.

« L’île protège autant qu’elle isole. En y arrivant, ceux qui y sont attachés retrouvent leur âme perdue. En la quittant, on emporte l’ombre, on en exile le souvenir, on vit dans l’attente des retrouvailles. Groix, une vérité palpable de huit kilomètres sur quatre, est addictive. »



Plateau - Franck Bouysse



Lu en : V.F.
Résumé :Plateau de Millevaches. Judith et Virgile tiennent une petite ferme dans un hameau. Le couple a élevé Georges, un neveu dont les parents sont morts dans un accident de la route quand il avait cinq ans. Il vit dans une caravane tout près de chez son oncle et sa tante. Lorsqu'une jeune femme vient s'installer chez lui, lorsque Karl, ancien boxeur tiraillé entre pulsions sexuelles et croyance en Dieu, emménage dans une maison du même village, et lorsqu'un mystérieux chasseur sans visage rôde alentour, les masques s'effritent et des coups de feu résonnent sur le Plateau.

Je remercie les éditions Le Livre de poche pour cette lecture !







Chronique : Après Grossir le ciel voici ma seconde lecture d'un roman de Franck Bouysse : Plateau !

Ce qui est très intéressant chez cet auteur c'est sa faculté de mélanger un genre propre aux États-Unis -le country noir/rural noir- et d'y ajouter une touche purement française. Nous ne sommes pas à des milliers de kilomètres mais bien dans notre chère France, dans des coins reculés inconnus avec des mœurs qui ne sont pas toujours modernes. Un terrain parfait pour l'écriture d'un roman noir...

C'est un récit lent et lancinant avec une atmosphère sombre et parfois malsaine qui guide le lecteur dans les tréfonds de l'âme humaine. Chaque personnage à sa part d'ombre, un côté brisé : ils sont ainsi tous extrêmement charismatiques, mystérieux et complexes. C'est sous une ambiance addictive que le lecteur va être plongé dans cette intrigue !

Le talent de Franck Bouysse repose aussi sur sa plume, elle est très travaillée : il y a une vraie scission entre les dialogues secs, nerveux et les descriptions poétiques. C'est d'ailleurs vraiment l'apport majeur de l'auteur par rapport au country noir américain : une écriture qui prend toute son ampleur. Je dirai que Plateau est plus rythmé que Grossir le ciel, il est tout aussi réussi et plaisant à lire.

En définitive, j'ai encore une fois aimé la plume et l'univers de Franck Bouysse ! 



lundi 27 mars 2017

Mosquitoland - David Arnold



Lu en : V.F.
Traduction : Maud Ortalda
Résumé :Mary Iris Malone ne voit pas le monde comme tout le monde. Atteinte de troubles mentaux, elle navigue entre le monde réel et le monde qu’elle s’invente. Le jour où elle apprend que sa mère est très malade, elle se met en tête de la retrouver, même s’il faut pour cela traverser les Etats-Unis. Commence un surprenant et émouvant road trip.

Je remercie les éditions Milan pour cette lecture !









Chronique : Mosquitoland était une des sorties YA que j'attendais avec le plus d'impatience et je peux vous dire que je me suis régalée !

Dans la lignée de Je t'ai rêvé, L'année solitaire ou encore Tous nos jours parfaits : Mosquitoland est un roman young adult réaliste qui traite de sujets importants au travers des péripéties d'une jeune héroïne attachante. Mim (Mary Iris Malone) est une jeune adolescente touchante et qui possède un humour mordant : c'est au travers de son autodérision et de sa faculté à jouer de l'ironie que les thématiques abordées prennent un nouveau jour.

La maladie mentale, les secrets de famille, les rencontres inattendues : c'est un road trip surprenant qui attend Mary. Elle aura l'occasion d'affronter ses peurs, des êtres peu recommandables mais elle va aussi croiser la route de personnes incroyables comme Walt, un jeune homme atteint de trisomie 21 et qui a été abandonné par sa famille; ou Beck le protagoniste masculin qui réussira à faire battre le cœur de notre héroïne. Mais une question demeure : est-ce que tout cela est réel ? N'est-ce pas l'imagination de Mim qui s'exprime, est-elle réellement malade ?

Périple existentiel, pèlerinage, roman d'apprentissage : Mim va apprendre à voir la vie sous un autre angle ainsi que les personnes qui l'entourent. Son sarcasme lui permettra de continuer à avancer mais c'est avant tout la douceur de ses compagnons qui va l'aider à atteindre son objectif: rejoindre sa mère malade. Le final est un condensé de surprises et d'espoir : une très belle découverte littéraire !

En définitive, n'hésitez pas à embarquer pour 1524 km de bonheur livresque !  


dimanche 26 mars 2017

Fête des pères - Greg Olear

Lu en : V.F.
Traduction : Charles Bonnot
Résumé : Sa femme partie en déplacement professionnel, Josh Lansky, scénariste, doit rester une semaine seul avec ses deux enfants en bas âge. Jusqu’à ce vendredi, il a réussi, tant bien que mal, à gérer l’essentiel : les petits sont toujours vivants, lui-même a survécu à Dora l’exploratrice, et n’a pas encore totalement pété les plombs. Mais lorsqu’il apprend par hasard que son épouse lui est peut-être infidèle, il ressent soudain le besoin urgent de faire une pause. Comme si c’était possible !

Je remercie les éditions du cherche-midi pour cette lecture !







Chronique : Fête des pères est un roman plein d'humour qui saura vous faire passer un bon moment de lecture !

Greg Olear (dont le premier roman a été publié en 2011 chez Gallmeister) livre une histoire terriblement drôle et très moderne. La construction du livre est très intéressante car cela se déroule sur une seule journée avec un rythme effréné. Il peut se passer bon nombre de péripéties et mésaventures surtout dans la vie d'un père ! Préparez-vous à faire connaissance avec Josh et ses enfants !

J'ai adoré la première moitié du roman : c'était hilarant, tordant, amusant ! Je ne me suis pas lassée une seule fois et j'ai eu de nombreux éclats de rire durant ma lecture. La deuxième moitié est un peu plus "brouillon" pour moi, j'ai trouvé que cela devenait plus lent. Je pense que l'auteur a voulu aborder plusieurs thématiques qui ne se mélangeaient pas toujours avec harmonie notamment du fait qu'elles ne pouvaient être abordées simultanément sous un jour sérieux/drôle.

C'est donc une lecture sympathique, agréable, de quoi se régaler et se changer les idées entre deux pavés ou deux thrillers. Greg Olear a réussi le pari de faire rire le lecteur mais je pense que ce récit aurait gagné en efficacité en étant plus court pour éviter certaines longueurs dans la deuxième partie du livre. Il n'en reste pas moins que je pense qu'il plaira surtout pour ce côté très original et décalé.

En définitive, une bonne lecture pour se détendre et rire !


samedi 25 mars 2017

Toxique - Niko Tackian

Chronique de Scarlett 
Résumé : ELLE AIME SABOTER LA VIE DES AUTRES,
ELLE N’ÉPROUVE AUCUNE EMPATHIE,
ELLE POURSUIT UN BUT. ELLE EST TOXIQUE.
Mais ça, Tomar Khan, un des meilleurs flics de la Crim, ne le sait pas. Nous sommes en janvier 2016. La directrice d’une école maternelle de la banlieue parisienne est retrouvée morte dans son bureau. Dans ce Paris meurtri par les attentats de l’hiver, le sujet des écoles est très sensible. La Crim dépêche donc Tomar, chef de groupe de la section 3, surnommé le Pitbull et connu pour être pointilleux sur les violences faites aux femmes.
À première vue, l’affaire est simple, « sera bouclée en 24 heures », a dit un des premiers enquêteurs, mais les nombreux démons qui hantent Tomar ont au moins un avantage : il a développé un instinct imparable pour déceler une histoire beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît.



Merci aux éditions Calmann-Lévy pour cette lecture !

Chronique :



« Les gens sont des moutons, ils ont beau se plaindre, manifester, ronchonner leur mécontentement toute la journée, ils se plient toujours aux règles. Bob le savait, les politiques le savaient, tout le monde le savait et pourtant c’était comme ça : une sorte de fatalité nécessaire pour conserver l’équilibre entre les forts et les faibles.»


La définition dans le dictionnaire de « toxique » c’est produit ou substance nocif pour l’organisme. Et bien je peux vous assurer que cette lecture n’est absolument pas toxique, c’est un très bon polar avec tous les bons ingrédients qui font que vous lisez ce roman noir avec plaisir et que vous en redemandez. 

Les ingrédients donc, une enquête policière qui croise le meurtre d’une directrice d’école, avec le possible suicide d’un des éducateurs travaillant dans la dite école, ces deux victimes semblant de prime abord faire partie de la cohorte des braves gens sans histoire. Vous rajoutez en arrière plan comme  environnement Paris , la banlieue et sa grisaille , les zones de non- droit, de trafic en tous genres sur fond d’actualité d’état d’urgence, d’infos médiatiques en instantanée style alerte rouge et enfin et surtout vous créez une super équipe de personnages attachants , complexes , très présents et c’est parti !

On suit donc cette enquête avec Tomar, flic sombre et tourmenté du mythique 36 quai .C’est un très bon policier avec du flair, un personnage tourmenté qui fait des cauchemars récurrents de jardin abandonné et de cerisier en perdition, des cauchemars dans lesquels parlent des morts très vivants.
On rencontre Ara sa mère kurde, son frère Goran, tous les deux impliqués dans l’histoire trouble et troublée de ce policier attendrissant. On croise Jeff, le père de Tomar et Goran, ex-taulard roublard qui revient dans leur vie pour réclamer de l’argent en contrepartie de son silence. Mais quel silence me direz-vous, et bien pour avoir la réponse, il va falloir le lire ce roman chers amis lecteurs, ben oui quand même !

Il y a encore toute l’équipe de ce chef de groupe zélé, une équipe qui roule comme on dit avec Dino le geek expert en informatique, Rhonda la blonde qui égaie parfois les nuits de Tomar. Et puis Berthier, son mentor son guide et enfin Marie-Thomas atsem dans l’école du crime qui, au milieu de son désert affectif veut sauver les enfants qu’elle imagine en danger.

L’auteur a su à travers son livre nous décrire les fêlures, les blessures de ses personnages avec une belle empathie , nous les rendant touchants. J’ai aimé passer ce moment avec eux , et c’est pour moi une qualité d’auteur que de vous rendre les protagonistes précieux .

Niko Tackian , l’auteur nous livre un polar percutant, avec un style  nerveux , au service de l’enquête et des moments plus intimes , profonds. Les amateurs de bons polars le savent, rien n’est jamais tout blanc ou tout noir.

J’ai beaucoup aimé aussi les passages où Tomar parle avec le mort de ses cauchemars, les entretiens de ces deux-là sont à la fois drôles, symboliques et très imagés. Un polar à ne pas manquer.
 
 « Les lieux et les instants ont certaines conventions que les habitués respectent religieusement. »